Environnement

IJzendijke, Petit Paris
IJzendijke est un petit village pittoresque dans la commune de Sluis (l’Ecluse), situé à l’ouest de la Flandre zélandaise, dans la province néerlandaise de la Zélande. Le village compte 2155 habitants. IJzendijke a été une commune indépendante jusqu’en 1970; pour faire partie ensuite, jusqu’en 2003, de la commune d’Oostburg.

 

Histoire
A l’origine IJzendijke se trouvait sur les rives du Braakman. Au Moyen Age – grâce à la prospérité du commerce de laine et de lin flamand – IJzendijke était une petite ville portuaire avec un commerce florissant. Vers 1280 elle faisait même partie des Hanses londoniennes. En effet, les usines de tissage de draps en Flandre vendaient leurs produits essentiellement en Angleterre et transportaient leurs marchandises via les ports de Bruges, Damme, Sluis, Aardenburg et IJzendijke. Les commerçants exportaient aussi les vins du Rhin et ramenaient d’ Angleterre laine, étain,plomb, peaux et fourrures. En 1303 la petite ville obtint des droits urbains.

 

Dès 1360 l’ancien IJzendijke fut à maintes reprises gravement menacé par la mer.Le territoire autour du Braakman fut submergé une première fois le 9 octobre 1374 lors de la Première Inondation de Dyonyse et ensuite le 8 octobre 1375. C’est ainsi que le Zuudzee.surgit sur les lieux. Les années suivantes on endigua encore une fois toutes sortes de polders autour de cette nouvelle mer et on aménagea de nouvelles paroisses. Finalement, le 19 novembre 1404, durant la Première Marée de Saint Elisabeth, la mer submergea de nouveau tout le territoire. La langue de terre sur laquelle s’hérissaient Ijzendijke et Hugevliet et qui avait été épargnée en 1374, fut cette fois aussi engloutie par les vagues.

 

Durant la Guerre de Quatre-Vingts Ans, le duc espagnol de Parme fit ériger une fortification avec quatre bastions du côté nord-ouest de l’ancienne petite ville. Mais en 1604, le prince Maurice chassa les Espagnols. Les constructions de défense furent agrandies par les ingénieurs de forteresses néerlandais Simon Stevin et Menno van Coehoorn dans le but d’en faire une forteresse presque imprenable pour les troupes de l’Etat contre les Espagnols.

 

De 1610 à 1616, Joost van Laren (1586-1653) était le prédicateur néerlandais réformé de la forteresse. On peut présumer qu’il était le “prédicateur-constructeur”de l’église protestante inaugurée en 1612. Plus tard, au17ième siècle, Wilhelminus Comantius (ca. 1586-1653) fut entre autres pasteur d’IJzendijke. L’église qui à l’origine était de forme octogonale a été agrandie entre 1656 et 1659 d’après un plan de l’architecte Sebastiaan de Roy de Hulst et le menuisier local Jan Willemsen.

 

La forteresse d’IJzendijke résista royalement aux divers assauts. Mais dans les années 1747-1748 et 1794-1814 IJzendijke se trouvait aux mains des Français. Et comme Napoléon récompensait souvent ses chefs d’armée avec des propriétés, cela eut comme conséquence que dans cette période une partie des terres en Flandre zélandaise devinrent la propriété de la bourgeoisie française et wallonne. Après 1814 aussi, une partie importante des terres resta ainsi aux mains des Français et des Wallons.

 

Après 1814, le gouvernement néerlandais abolit une grande partie de la forteresse d’IJzendijke. Au cours de la révolution belge en 1830-1831, IJzendijke fut équipé de soldats, armes et munitions pour la dernière fois. A l’aube du 2 août 1831, à six heures du matin, Joseph Ledel (1779-1835) commandant en chef des troupes néerlandaises en Flandre zélandaise et colonel d’infanterie, tint une réunion de guerre à IJzendijke avec les officiers de ses troupes. Après quoi, à huit heures, l’attaque depuis IJzendijke fut lancée sur les troupes belges auprès des écluses de Kapitalen Dam et celles de Verlaat. Une compagnie de la 9ième section d’infanterie sous le commandement du capitaine Schwarz et une compagnie de tireurs sous le capitaine Deinema chassèrent les Belges de ces deux écluses.. Jusqu’au 12 août suivant, la Flandre zélandaise resta une région agitée à cause des hostilités réciproques. Plus tard, la paix fut rétablie par les armes en Flandre zélandaise occidentale.

 

Entre 1841 et 1843 les dernières constructions de forteresses furent interrompues, mais au vingtième siècle, une petite partie de la vieille forteresse fut restaurée. La forteresse actuelle en est la preuve.

 

La dernière force militaire à laquelle IJzendijke a été confrontée remonte à octobre 1944. La lutte pour l’Escaut occidental entre les Allemands et les forces Alliées (Opération Switchback) mit IJzendijke sur la ligne frontale. Les dégâts furent énormes. Heureusement le caractère original de ce petit bourg a été restauré autant que possible.dans sa vieille splendeur

 

Ce qui caractérisait IJzendijke par tradition étaient les marchés et les inspections annuelles de chevaux de trait en juillet et octobre. Aujourd’hui, ils sont remplacés par la Journée Folkloristique annuelle et l’Inspection Internationale de chevaux de trait qui se déroule tous les quatre ans au mois de juillet

 

Curiosités

– La Place du marché avec la statue du Prince Maurice qui, assis devant son échiquier, fait echec et mat à ses adversaires, les Espagnols

– La forteresse

– Le moulin

– L’église la plus ancienne de Zélande, bâtie tout spécialement pour le culte protestant

– La brasserie Cadsandria datant du 19ème siècle

– Le monument situé Isabellaweg (rue Isabelle), qui nous rappelle la tragédie du 20 octobre 1944 au cours de laquelle 41 soldats alliés ont été tués lors de la libération de la Flandre zélandaise occidentale

– Le musée régional dans la mairie sur la Place du marché. Au début, ce musée était consacré au folklore de la Flandre zélandaise. A partir du mois d’avril 2006, le musée a été réouvert comme Bastion, centre d’informations sur les lignes d’Etat-Espagnoles, la lutte d’indépendance néerlandaise contre les Espagnols, la Guerre de Quatre-vingt Ans, les campagnes du Prince Maurice, la détermination finale des frontières d’Etat pendant la période 1600-1612 et la formation de l’identité néerlandaise d’antan. A long terme, on remettra bien plus en évidence les restes archéologiques de la lutte d’indépendance des Pays Bas.


Description de la route

Cliquez ici pour les directions à l'hôtel Four Heemskinderen

Conditions

Les Conditions Uniformes pour Hôtels-Restaurants-Cafés (UVH) sont d’application sur tous nos arrangements. Lisez ces conditions gratuitement ici.

Ces conditions sont obligatoires pour tous ceux qui utilisent nos services.